102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   27 Feb 2017-22h35
Haiti/Problématique du genre
Informer pour mieux agir par rapport aux financements des bailleurs internationaux en Haïti
Le Fonds Monétaire International (FMI), la Banque Interaméricaine de Développement(BID) et la Banque Mondiale, sont connues sous l’appellation d’Institutions Financières Internationales(IFI). Elles le sont en raison de leur grande capacité à financer des projets d’investissement dans plusieurs pays à travers le monde. Cependant, certains organismes de la société civile en Haïti et à l’étranger, dont « Ayiti Kale Je » et Gender Action », se disent angoisser par la méconnaissance des citoyens de leurs droits de faire des suivis auprès des IFI concernant leur financement par rapport à la problématique du genre en Haïti.

« Connaitre nos droits : Comment faire des suivis auprès des Institutions Financières Internationales(IFI) sur leurs effets sociaux et sur le genre en Haïti », est le thème d’un atelier de travail tenu à l’Hôtel Le Plaza, Champ-de-Mars, Port-au-Prince, ce vendredi 12 juillet 2013. Cette activité vise à sensibiliser et à partager des expériences de recherches effectuées par Claire Lauterbach, gestionnaire de programme de Gender Action, auprès des IFI en Haïti.

La journaliste d’investigation, Jane Regan, croit que cet atelier de travail vise entre autres, à partager avec les observateurs de la « reconstruction » d'Haïti des outils leur permettant de mieux surveiller les activités des IFI. De l’avis de la coordinatrice du Laboratoire du Journalisme (J-LAB) d’ « Ayiti Kale Je », c’est une initiative qui permettra de procéder à une meilleure analyse des impacts d’investissements sur le genre qui sont parfois négatifs. Outre les pays donateurs et les dirigeants qui ont reçu les dons, les bénéficiaires ont eux aussi le droit de réclamer une reddition de compte des bailleurs, souligne-t-elle.

Plus de 150 projets ont été approuvés depuis le séisme de janvier 2010 à 2013 par la BID et la BM, réputées pour être les institutions internationales les plus actives en Haïti, a précisé Mme Lauterbach pour sa part. Ces projets sont estimés à plus de 1,5 milliard de dollars américains, a-t-elle indiqué. Les secteurs organisés de la société civile et les bénéficiaires ne cachent pas leur angoisse par rapport à des sommes faramineuses promises, engagées ou décaissées dans le cadre de la mise en œuvre de certains projets, a fait remarquer la gestionnaire du programme de « Gender Action ». Qui pis est, les représentants du pouvoir exécutif, partenaires immédiats et organes de contrôle des IFI, s’en plaignent eux aussi, déplore-t-elle.

Elle en a profité pour souligner les méfaits de la question du genre dans le contexte du financement ou la mise en œuvre des projets de développement en Haïti. Défini comme « des rôles et des relations, des traits de personnalité, d’attitude, de comportements de valeurs et de d’inégalités en terme de pouvoir et de capacité d’influencer que la société attribue aux hommes et aux femmes », le concept « Genre » est banalisé en Haïti. Alors qu’une mauvaise application de la politique d’investissement basée sur le genre peut entrainer de graves conséquences sur le fonctionnement de la société, a fait savoir la militante de GA. « Au Kenya où j’ai travaillé pendant un certain temps, je constate qu’il y a une prédominance des investissements dans les hommes au détriment des femmes », illustre-t-elle.

Dans la même veine, dans un petit sondage réalisé sur les taches effectuées soit par des hommes ou des femmes les résultats ont démontré que les taches domestiques sont totalement attribuées aux femmes alors que les hommes ne s’y impliquent pas. Il existe donc un déséquilibre au niveau des rôles ou des fonctions dans la société ce qui, à son avis n’est pas sans conséquence sur le fonctionnement normal de la communauté.

Par ailleurs, la représentante de GA dit plaider pour une égalité des droits entre l’homme et la femme de participer pleinement à tout processus de développement et d’en bénéficier également. Les deux responsables d’organisation disent souhaiter que cet atelier permette aux participants en particulier et la population en général d’élargir leur vision sur les actions des IFI ainsi les impacts de leur investissement découlant des rapports entre hommes et femmes.

Enel Fleurantin
Enel.fleurantin@gmail.com
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
Pierre | 28/11/2013
USD4qL nwlttdgcruve, [url=http://rdjgdtowtkod.com/]rdjgdtowtkod[/url], [link=http://jsszcejcajzg.com/]jsszcejcajzg[/link], http://bbkglogpdtkk.com/
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo