102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   19 Apr 2014-15h35
Éditorial
Transcendance !
Les années passent et se ressemblent en Haïti. Comme si le temps haïtien semble s’être figé dans la déclinaison navrante et mortifère du même et du pareil. Le « système » que le candidat Joseph Michel Martelly se proposait d’abattre semble l’avoir ba
Les années passent et se ressemblent en Haïti. Comme si le temps haïtien semble s’être figé dans la déclinaison navrante et mortifère du même et du pareil. Le « système » que le candidat Joseph Michel Martelly se proposait d’abattre semble l’avoir battu et abattu une fois devenu président. Il a plus continué le mal réprouvé qu’il n’a institué le bien recherché. L’Haïti « Tèt kale » a beaucoup donné, en 2012, dans le désordre institutionnel, le flou populiste entre l’autoritarisme et le « lese grennen », les gesticulations intimidantes, les déclamations péremptoires, les promesses chimériques, les mises en scène médiatiques et le faire-semblant burlesque.

Cette théâtralisation tragi-comique du pouvoir n’a fait que retarder les échéances et mettre à nu l’incapacité des élites gouvernantes à transformer Haïti et l’engager dans la modernité. La politique-spectacle a montré ses limites au contact de la réalité. Le grand décollage promis a constitué, jusque-là, en un grand décalage entre les résultats et la propagande officielle. La croissance économique n’a été que de 2.9%. Toutes les prévisions optimistes des latino-américains pour notre pays et les chansons roses et fleuries du pouvoir se sont muées pour les agents économiques en lamentations et en ballades de pendus. Avec cette performance économique des plus médiocres de l’équipe Martelly-Lamothe que nous ont révélée les statistiques indépendantes, le pays a droit à un changement de cap en 2013. Inévitablement. Un aggiornamento est nécessaire. Les adaptations cosmétiques à partir de mutations de personnel, de démissions forcées, de replâtrage gouvernemental extravagant dans la forme, et trompeur sur le fond, ou d’opérations vendettas des clans en litige, ne changeront pas la tonalité maussade du climat sociopolitique. Plus et mieux devront être faits dans la sphère des politiques publiques. Les Haïtiens s’ennuient. Les portefeuilles des uns et des autres se rétrécissent. La courte période des fêtes a coïncidé avec une saison de grognes prolongée. Haïti a été, en effet, une République de grognards en 2012. Et pour cause. Les belles et élégantes femmes haïtiennes qui peuplent nos rues nous disent que le pays regorge d’assez de salons de beauté pour qu’on en fasse un d’un gouvernement. Il faudra des changements réels. Non des maquillages.

Les bonnes intentions sont, pourtant, là. On eût dit même qu’il n’y a que des « Mères Theresa » et des « Papas bon cœur » au sommet de l’État. Toute politique sociale annoncée au bénéfice du « petit peuple » s’accompagne de louanges et de cérémonies dithyrambiques bruyantes envers les chefs bienfaiteurs. Ce qui manque, c’est une orchestration savante et sophistiquée de l’art de gouverner et une vision sobre et authentiquement transformatrice du pouvoir et du social. Des compétences sont aussi là, éparses et diverses, dans de hautes fonctions et les antichambres. Elles sont saluées, pour la plupart, dans cette édition spéciale du Matin. Nous reconnaissons, toutefois, que le logiciel humain, doctrinal et idéologique à même d’ordonner les élans et pulsions solitaires et de faire fonctionner efficacement et harmonieusement la machine gouvernementale, fait terriblement défaut. Les improvisations désordonnées ont fini par enlever tout ordre à la direction de l’État. D’où cette impression de dérive dans la conduite des affaires de la Nation.

Haïti n’a pas connu que des ratés en 2012. De nombreux acteurs du social, du politique et de l’économique se sont admirablement signalés dans des domaines variés durant cette année défunte. Ils sont aussi salués ici sans esprit d’exhaustivité. Ce sont des modèles de courage, de dévouement, de créativité et de performance à émuler en 2013. Malgré les défaillances individuelles et les contraintes structurelles qui ont limité le champ et la portée de leurs actions.

Une nouvelle année lourde en désagréments pour notre pays se pointe. Nous ne pouvons qu’émettre le vœu que le pouvoir se transcendera pour se faire neuf, dans son paraître et son être, dans l’accomplissement de ses grandes missions. Le même devoir de transcendance s’imposera à tous les Haïtiens qui devront autant se faire nouveaux, dans leur essence, dans l’impérieuse œuvre collective d’édification d’une Haïti nouvelle.
Daly Valet
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
Le Neveu | 27/12/2012
« Par mon sang, je suis albanaise. Par ma nationalité, indienne. Par ma foi, je suis une religieuse catholique. Pour ce qui est de mon appel, j’appartiens au monde. Pour ce qui est de mon cœur, j’appartiens entièrement au Cœur de Jésus. » Ainsi se définissait Mère Teresa. Je trouve scandaleux qu’on ait, dans une comparaison plus qu’abusive, rapproché son nom de ceux des Ti Maman Cheri et des Papa Les Motos et Des Kits alimentaires de l’Exécutif. Quand elle reçut le Prix Nobel de la Paix en 1979, elle l’a accepté « pour la gloire de Dieu et au nom des pauvres», à qui sont allés le million. La faute ne revient certes pas à la nobélisée si on administre l’État comme un ONG. Aucun programme de gouvernement n’est sorti de l’humanitaire.
 
Leonidas | 27/12/2012
Oraisonn funebre de la tragicomedie d’un pouvoir , reflet de la deliquescence d’une Societe ecartelee entre les nobles archetypies de son Histoire , une Elite Intellectuelle cloitree dans son Narcissisme , une classe politique opportuniste , marche pied de la CI , incapable de soulever aucun sentiment patriotique au niveau de la Jeunesse qui se refugie , on le comprend bien , dans les “paradis artificiels” ou dans le “dumping” des sous produits de la culture americaine pour se proteger de son angoisse , de sa peur du lendemain.
 
veritas | 28/12/2012
Transcendance? Pas vraiment. Vaut mieux une hausse de 2,9% qu'une baisse du PIB. Il n'y eu point de transcendance sur ce chapitre, M. Valet. Au contraire. Que veut dire une hausse de 2,9%? Eh bien, c'est que l'economie haitienne va dans la bonne direction, M. Valet. Nous sommes dans la zone positive de l'axe de croissance. Il fallait plutot dire, Bon Travail!
 
Lops | 28/12/2012
Tantt que le le president ne se depouille de s depouille de son obssession.de marcher sur les plates bandes du nul Preval en se moquant du peuple haitien, nous n.irons nulle part. De plus Laurent Gagotte est un corrompu et un gros cretin qui ne comprend rien ydans la realite politique haitienne.
 
Jacmel | 28/12/2012
Une belle analyse de notre situation. On ne peut rien espérer d'un président idiot et incompétent. On doit éduquer le peuple à faire le bon choix dans les urnes. Sauf la ministre du tourisme nous avons une équipe de crétins à la tête du pays. L'insécurité et la misère ont connu une hause de plus de 300%. Les zones de non-droit ont multiplié. Descente plus accélérée!
 
maedne | 28/12/2012
Superbe édito!!! Vraiment transcendant. Excellente lecture de la réalité avec une très fine plume. Kudo!!!
 
toli | 28/12/2012
Votre analyse serait complete, si tu tenais compte qu'il y'a 3 pouvoirs en haiti. Tu n' peux pas fonder ton analyse que sur l'executif. Déjà, tu detruis les autres institutions toi mm. Si lot yo tap travay pa tap gen tt briganday sa. Il n'a pas ke le pouvoir central qui est responsable de cet échec. J'aimerais aussi avoir un bilan des autres institutions.
 
Fouyapot | 28/12/2012
Franchement je suis tombe'des nids en voyant que le gouvernement Martelly/Lamothe est la photocopie conforme des differents gouvernements lavalas.C'est le cas de parodier Michel Soukar,"sa Martelly te vinn cheche."On ne croyait pas en un miracle,mais au moins il y a une facon de faire. Haiti continue a'etre la grande savanne et la cocoratisation du pouvoir continuent.
 
Fouyapot | 28/12/2012
Depuis quelques mois,le politologue SPEtienne parle de zokikiratisation du pouvoir.Decidement,on dirait que les haitiens ont droit au pouvoir Lasini ak Motora.Depuis que Martelly avait fait appel aux bras doigts de Preval,on avait deja une idee de demain.Comme Aristide et Preval,Martelly est sur le point de devenir un se'key madoule'pour le pays.A la peyi gen lamayot.
 
Le Neveu | 28/12/2012
Il y en a qui ont des lectures en retard et qui finiront par comprendre que c’est la Primature qui est responsable de la gestion du pays. Si vous nous dites quel projet de développement a été bloqué par le Sénat ou la Chambre, on pourra comprendre votre point de vue. MM dicte à LL ce qu’il doit faire, alors qu’il n’a même pas de compte à lui rendre! C’est au Parlementaires qu’il doit rendre des comptes. Que cela vous plaise ou non.
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo