102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   23 Apr 2014-20h39
La journée mondiale de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles
Yanick Mézile à Thomonde
La ministre haïtienne à la Condition féminine et aux Droits des Femmes a célébré avec solennité la journée mondiale contre les violences faites aux femmes et aux filles le dimanche 25 novembre dernier.
La ministre haïtienne à la Condition féminine et aux Droits des Femmes.
La ministre haïtienne à la Condition féminine et aux Droits des Femmes a célébré avec solennité la journée mondiale contre les violences faites aux femmes et aux filles le dimanche 25 novembre dernier. C’est à Thomonde, dans le département du Centre du pays que la Ministre a délivré son message de circonstance. Ce message a été dédié aux femmes de toutes les régions du pays. Un message d’espoir et de réconfort dans une Haïti régénérée où les femmes ne sont l’objet d’aucune violence et où leurs droits sont respectés.

«Ma présence à Thomonde en ce jour, s’inscrit dans l’esprit de cette lutte acharnée contre les violences faites aux femmes et aux filles qui nous engagent tous. Elle traduit la volonté réelle du gouvernement Martelly/Lamothe à décentraliser le pays », selon ce qu’a fait remarquer la ministre. Par cela, madame Mézile a signifié l’esprit de travail du gouvernement tant dans l’équité de genre que dans la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles en Haïti.

Cette journée a été célébrée dans le pays notamment au niveau du ministère à la Condition féminine et aux Droits des femmes avec enthousiasme et entrain d’autant que la lutte contre ce mal social gagne du terrain un peu plus chaque jour chez nous. La ministre Yanick Mézile croit qu’il est urgent qu’une campagne de sensibilisation soit entreprise à travers tout le pays pour permettre aux femmes et aux filles de dénoncer les violences dont elles sont l’objet. C’est en ce sens qu’elle a pris l’initiative de célébrer cette date mémorable dans l’histoire des femmes dans le monde et dans notre pays, à Thomonde.

La ministre en a profité pour annoncer plusieurs activités sur lesquelles travaille son ministère, tel ce projet de loi qui sera déposé sous peu au parlement et qui prévoit de sanctionner toutes les formes de violences faites aux femmes et aux filles. Mais aussi le projet de « kredi pou fanm lakay », lancé depuis le 6 juillet de l’année en cours qui impliquera pas moins de 10 mille femmes. Ce projet entre dans le cadre de l’un des principaux objectifs du ministère consistant en l’autonomisation des femmes en Haïti.

Par ailleurs, la ministre haïtienne à la Condition féminine et aux Droits des Femmes est convaincue que la situation des femmes en Haïti doit évoluer dans le sens du respect de leurs droits. Selon elle, toutes les instances du gouvernement sont engagées dans cette lutte mais encore plus son ministère dont l’objectif est de traduire la politique du gouvernement en matière de l’équité de genre, de l’intégration des femmes dans cette société de renommée machiste.

C’est le 17 décembre 1999 que l'Assemblée générale de l’ONU, par la résolution 54/134, a proclamé le 25 novembre « Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes ». Elle avait invité dans le même temps les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales à organiser en ce jour des activités ayant pour but de sensibiliser l'opinion nationale et internationale sur ce problème social dans le monde. « Conjuguons nos efforts pour éliminer les violences faites aux femmes et aux filles (An met Tet ansanmb pou Kwape vyolans sou Fanm ak Ti Fi ) est le thème autour duquel est célébrée cette journée en 2012. Ce que la ministre Mézile n’a pas manqué de souligner pour les femmes de Thomonde et d’Haïti.

Cependant, malgré tous les efforts qui se font à travers le monde et en Haïti, les sévices et tortures infligés par des hommes à des millions de femmes, sont bien réels et si l'on recense la totalité de ces crimes, on relèvera qu’aux Etats-Unis, une femme est battue par son partenaire toutes les 15 secondes; en Afrique du Sud, une femme est violée toutes les 23 secondes ; au Bangladesh, près de la moitié des femmes ont subi des abus physiques de la part de leur conjoint...en Haïti, les statistiques ne parlent pas mais on sait que la situation est grave.

Yanick Mézile en est consciente et s’est déjà lancée dans la bataille avec le gouvernement. Elle se dit déterminée à contribuer à l’élimination pure et simple de toutes les formes de violences que subissent nos femmes. Madame mézile reconnait que la route sera longue mais elle sait que la volonte et le courage ne peuvent que fournir de bons résultats.
Jackson Joseph
jajph@yahoo.ca
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo