102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   31 Oct 2014-11h34
Croix-des-Bossales : le Musée de l’imaginaire collectif
Dessinateur, sculpteur et graveur, Patrick Ganthier dit Killy utilise des matériaux recyclés pour créer un monde merveilleux. Croix-des-Bossales inspire l’artiste qui expose une trentaine de ses œuvres aux ateliers Jérôme à Pétion-Ville, du 22 novembre au 6 décembre.
L’exposition inaugurée le 22 novembre dans les locaux des ateliers Jérôme à Pétion-ville (Angle rue Rebecca et Lambert) se poursuit jusqu’au 6 décembre. C’est le dessinateur, sculpteur et graveur, Patrick Ganthier, qui y expose une trentaine de ses œuvres réalisées autour de « Croix-des-Bossales », lieu légendaire du commerce à Port-au-Prince jouissant d’une forte attraction populaire.

« Croix-des-Bossales - Œuvres en encre, colle d'acrylique, paillettes irisées sur carton et Installation », tel est le titre de cette exposition qui présente un tableau fascinant d’un spectacle à la fois troublant et captivant. « Je suis un artiste toujours en quête de nouveauté. Depuis belle lurette, la Croix-des-Bossales a constitué une grande préoccupation pour moi constamment obsédé à l’idée d’explorer cet univers multicolore », a fait savoir Killy. La Croix-des-Bossales est un lieu magique où les détaillants s’agitent, dansent tout en attirant l’attention des acheteurs, a-t-il constaté lors de ses visites guidées.

Pour réinventer ce monde, Patrick Ganthier utilise des papiers cartons. L’artiste a également replacé la Croix des Bossales dans son contexte historique, lieu mythique de ventes d’esclaves. Les figures dessinées sont éloquentes. Killy met en œuvre son talent pour faire renaitre l’esclave, l’ancêtre, marqué par ses vigueurs, bravoures et frustrations.

« J’ai exposé aux ateliers Jérôme, des œuvres qui n’ont pas pu être présentées lors de ma participation en juin 2011 au Pavillon national haïtien de la 54e Biennale de Venise, Italie », a fait remarquer Killy, informant qu’une partie de ses œuvres sont en exposition actuellement au musée de Los Angeles.

Un parcours impressionnant

« Patrick Ganthier dit Killy, est né le 24 octobre 1966 à Girardeau dans la banlieue de Pétion- Ville. D’abord artisan de fanaux de Noël (petites lanternes de papier et de carton de couleur très populaires en Haïti), il commence en solitaire, en 1986, l’expérience de la sculpture de récupération en puisant ses matériaux dans les décharges de son quartier d’origine. De 1987 à 1990, il fait l’apprentissage du dessin au Centre d’Art de Port-au-Prince sous la direction du peintre réaliste Franck Louissaint. En 1997, il présente pour la première fois sa sculpture de recyclage au Concours Texaco Haïti « Artisanat de récupération. » À la même époque, Killy fréquente l’atelier Kay Tiga où sous la conduite du fondateur du mouvement Saint-Soleil, Jean Claude Garoute, il fait l’expérience de la rotation artistique (simultanéité dans la pratique des arts) », lit-on dans un document publié par les ateliers Jérôme.

« En 2004, Killy émigre à Montréal où il produit, à partir de la mousse synthétique et de vieilles planches récupérées dans les décharges de Rivière-des-Prairies, une imagerie baroque fortement expressive. Des pièces d’une rare puissance qui tiennent de l’Art brut et du Funk Art. Membre actif de l’Atelier circulaire de Montréal, centre de production et de diffusion des arts imprimés, Killy y poursuit une formation en gravure et lithographie jusqu’en octobre 2005, date à laquelle un grave accident de travail lui réduit l’usage de la main droite. Son pouvoir créatif ne s’en retrouve pourtant pas affecté. L’exposition Grandir et Mourir, installations et monotypes, février 2008 est sa première exposition importante à Montréal », a rappelé le même document.

Killy séjourne dans le pays jusqu’au mois de janvier 2013. Il va participer au début de décembre à un festival à Jacmel. La bonne nouvelle serait aussi l’exposition tenue à Venise qui peut être reprise en Haïti en 2013. « Pour que cela soit une réalité, les secteurs artistique et culturel haïtiens ont besoin de déployer beaucoup d’efforts », a estimé Killy.

Hudler Joseph
josephudler@yahoo.fr
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo