102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   22 Aug 2014-21h33
HAÏTI/JOURNALISME CULTUREL
Quand la Direction nationale du livre promeut la critique littéraire…
Du 22 au 27 novembre prochain, la Direction nationale du livre (DNL) organise un atelier de formation sur la critique littéraire à l’intention des journalistes culturels.
Logo DNL
Selon une note de presse de la Direction nationale du livre (DNL), Valérie Marin La Meslée, « journaliste à l’hebdomadaire Le Point et au magazine et Thomas Spear, professeur aux universités (sic) », animeront un atelier de formation sur la critique littéraire à l’intention des journalistes culturels du 22 au 27 novembre prochain.

Somme toute, les deux intervenants principaux, en l’occurrence Valérie Marin La Meslée et Thomas Spear connaissent la culture haïtienne de près. Plus d’un article disponible sur la toile en témoigne. Voyons voir !

Publié sur lematin.haiti.com, voilà ce que dit un article de Jean Emmanuel Jacquet concernant Valérie Marin La Meslée « Le Prix Jacques Roche du Journalisme culturel a été décerné, cette année, à la journaliste Valérie Marin La Meslée du magazine hebdomadaire français d’information générale Le Point. Valérie Marin La Meslée succède à Nélio Joseph, le lauréat du prix en 2010 ».

Jean Emmanuel Jacquet ajoute, citant Valérie Marin La Meslée : « Il me semble difficilement exempt de passion et d’engagement, car c’est rarement la priorité dans le journalisme et pourtant, il suffit de voir Haïti pour mesurer son importance capitale. Il permet de créer un lien profond avec l’autre, et cela tout autrement que par le tableau souvent sombre de l’actualité. Le journalisme culturel est un travail de passeur, un sport de combat parfois, et qui repose sur une conviction ».

Quant à l’américain Thomas Spear, c’est le poète-romancier haïtien Josaphat-Robert Large qui parle de lui dans un texte d’hommage publié sur son propre blog. Selon Large, cet article tient lieu d’un « regard passionné et admirateur jeté des États-Unis d’Amérique sur l’espace de la littérature de notre île ».

Large avance, d’entrée de jeu : « Il était une fois, un Américain du nom de Dewitt Peters (Directeur-fondateur du Centre d’art, en 1844), tournant le dos aux activités pourtant multiples découlant de sa culture, jetait la lumière de ses connaissances sur le monde en gestation de la peinture haïtienne. Et le voile levé sur le travail qu’il encourageait fit découvrir, partout dans le monde, les palettes d’une centaine de peintres dont le talent n’eut de cesse d’étonner les esthètes de l’art. Le grand Malraux fut de ceux-là ».

Sans transition, Large poursuit pour déclarer « Bien des années plus tard, le professeur Thomas Spear, Américain lui aussi (Ou devrais-je tout simplement dire New Yorkais), fait plonger ses préférences dans le champ de la littérature haïtienne. Et les résultats de ses efforts promettent de surpasser ceux obtenus par Dewitt Peters. Puisque le site de littérature francophone « île-en-île » dont Spear est l’auteur, mutatis mutandis, attire déjà l’attention de tous ceux qui placent un intérêt dans le travail des écrivains des îles où la langue française, baignée de soleil, continue de rayonner ».

En effet, Île en île devient une sorte de vitrine qui met en exergue les écrivains haïtiens sans aucune acception de génération. Large ne mâche pas ses mots pour faire l’éloge du site Île en île.

« C’est un site bien encadré dans une perfection technologique indiscutable. Bernard Pivot lui-même n’a pas su résister à la tentation d’en parler dans sa fameuse émission « Bouillon de cultures » et le Journal « Le Monde », dans une livraison de son « le Monde des Livres », a jeté beaucoup d’encre pour porter aux nues le travail de Monsieur Spear », commente l’écrivain.

En plus du site, Thomas Spear est aussi le maître d’œuvre du collectif "Une journée haïtienne", coédité par les Éditions Mémoire d’encrier et Présence Africaine. Ce florilège réunit une quarantaine d’écrivains d’Haïti. Rassembleur une fois de plus, Spear montre ici encore sa générosité ».

La note de presse de la DNL en profite pour inviter les médias « à couvrir un point de presse qui sera donné au cours du lancement de cette activité à la DNL, le jeudi 22 novembre prochain à compter de 10 heures», dans la matinée. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du travail de la Direction nationale du livre dont la mission consiste à « promouvoir le livre et la lecture à travers tout le territoire national ».

Soit dit en passant, la note ne précise pas les modalités de participation à cet atelier.Toutefois, rappelons qu’en 2009, sous les auspices de l’écrivain Lyonel Trouillot et du critique littéraire Pierre Raymond Dumas, la DNL avait tenu un premier atelier de formation sur la critique littéraire à l’intention des journalistes.
Antoine Hubert Louis

www.afrolatin.skyrock.com
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo