102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   23 Oct 2014-02h37
Haïti/Santé
Journée mondiale du diabète
« Diabète : protégeons notre futur », a été le thème retenu par la Fédération mondiale du diabète et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour célébrer la journée mondiale du diabète le mercredi 14 novembre 2012. Par cette campagne, ces deux institutions visent à éduquer, engager et responsabiliser les gens du monde entier sur les conséquences néfastes de cette maladie.
« Diabète : protégeons notre futur », a été le thème retenu par la Fédération mondiale du diabète et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour célébrer la journée mondiale du diabète le mercredi 14 novembre 2012. Par cette campagne, ces deux institutions visent à éduquer, engager et responsabiliser les gens du monde entier sur les conséquences néfastes de cette maladie.

En Haïti, les autorités s’inscrivent dans cette même démarche. Car, 5 % de la population soit 300 mille personnes sont diabétiques. Face à cette situation, la Fondation haïtienne du diabète et des maladies cardio-vasculaires (Fhadimac) a mis son train en marche pour sensibiliser la population sur cette épidémie. Après les villes Léogâne, Cayes, Camp Perrin, le cap est mis sur Aquin et Petit Goâve. Selon Dr René Charles, fondateur de la Fhadimac, plus de 362 millions de personnes à travers le monde sont diabétiques. Tandis que dans les années 80 le nombre avoisinait 90 millions.

Selon M. Charles, une étude réalisée en 2006 en Haïti sur la population âgée de plus de vingt ans, la prévalence était de 7,3 %. Cependant, quand on conduit cette enquête sur une frange de la population qui est au-dessus de cette tranche d’âge, elle est doublée. Le diabète, souligne-t-il, est une maladie incurable, mais contrôlable. C’est-à- dire les patients devront vivre avec durant toute leur vie. Selon ce qu’a indiqué le fondateur de la Fhadimac, plus de 15% de la population haïtienne qui âgés de plus de 50 ans souffrent du diabète.

Pour lui le docteur Charles, mettre les patients sous médication ne contribuera pas à extirper le diabète de leur organisme. En effet, il importe d’accorder une prise en charge. Cela consiste à leur expliquer ce qu’est la maladie et les complications qui peuvent en découler si elle est mal gérée, a-t-il précisé.

Mise à part l’explication, il met l’accent sur la nécessité pour ces personnes d’adopter des mesures diétético-hygiéniques. Cela leur permettra de modifier leur comportement à la consommation en excès de sel, de sucre, farine et des graisses. Ils doivent en ce sens consommer de la viande, du poisson des légumes et d’autres fruits pouvant contribuer à la régulation du taux de sucre élevé dans le sang. En outre, ils doivent faire des exercices réguliers environ d’une demi-heure par semaine. Ainsi, ils parviendront à contrôler cette épidémie en consommant de manière saine et équilibrée.

Selon le fondateur de la Fhadimac, le traitement du diabète ne se fait pas en discontinue. Il se réalise de manière permanente. Le patient doit être toujours conscient des précautions à prendre. Sinon, il risque d’entraîner de graves conséquences sur sa vie. Généralement lorsque le diabète est mal contrôlé, il débouche sur des maladies cardio-vasculaires. Celles-ci sont plus fragiles que cette épidémie qui est responsable chaque année de plus de 80 %’ des cas de décès à travers le monde, a-t-il fait remarquer. Par ailleurs, M. Charles a indiqué que la journée mondiale du diabète s’inscrit dans une démarche visant non seulement l’éducation des personnes en ce qui concerne l’existence de cette épidémie, mais également à en assurer la prévention.

La Fhadimac est la principale entité qui s’occupe du diabète en Haïti en appui au ministère de la santé publique (MSPP). La campagne de la journée mondiale du diabète de l’année 2012 fait le lien entre le besoin urgent d’action et la protection de la santé des générations futures. L’accent est mis plus particulièrement sur l’importance de l’éducation pour les professionnels de la santé, les patients et les personnes à risque en vue de réduire l’impact du diabète à travers le monde.

L’OMS et la Fédération internationale du diabète avaient décrété le 14 novembre, « journée mondiale du diabète », en vue de sensibiliser la population mondiale en l’informant sur les conséquences et les moyens de prévention suite à la recrudescence de cette épidémie en 1991.
Reynold Aris
arisreynold@yahoo.fr
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo