102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   01 Sep 2014-09h39
Relance économique : la Fed prépare un « plan B »
Un certain nombre de responsables de la Fed poussent à encore d'avantage d' « assouplissement quantitatif » l'an prochain. La Réserve fédérale pourrait ainsi acheter jusqu'à 85 milliards de dollars de titres tous les mois, pour maintenir les taux bas.
La politique monétaire extrêmement favorable menée par la Réserve fédérale américaine a toutes les raisons de continuer l'an prochain, voire de s'accentuer. Comme le veut la tradition, la Fed a attendu trois semaines avant de révéler, hier soir, les propos tenus lors de la dernière réunion stratégique des 23 et 24 octobre. A cette occasion, indique le rapport, un certain nombre de responsables ont poussé à encore d'avantage d' « assouplissement quantitatif » l'an prochain, un terme barbare signifiant que la Fed achète des milliards de titres tous les mois -40 milliards de dollars à l'heure actuelle-pour exercer une pression baissière sur les taux d'intérêt et favoriser ainsi la croissance et l'emploi. La faiblesse des taux permet aussi aux américains de refinancer leur emprunt.

Aujourd'hui, cet assouplissement quantitatif se double d'un autre mécanisme, appelé « Twist ». Il s'agit d'échanger au bilan de la Fed (qui conserve donc un niveau identique) des titres courts par des titres longs, à hauteur de 45 milliards chaque mois. Mais le programme va s'éteindre d'ici à la fin de l'année, l'institut monétaire n'ayant plus guère de titres courts dans ses livres. Pour les responsables de la Fed, l'idée serait donc de remplacer cette opération « Twist » par encore d'avantage d'assouplissement quantitatif. Au lieu des 40 milliards de dollars d'actifs qu'elle achète tous les mois, la Fed en achèterait plus du double : 85 milliards. Défendue par plusieurs participants, cette perspective a de grandes chances d'être retenue par le comité. Mais aucun arbitrage n'a été rendu pour l'instant.

La Fed prépare un autre changement de taille : au lieu d'être garantie pour une certaine durée -jusqu'à la mi-2015 aujourd'hui-, la politique des taux serait conditionnée à des critères économiques tels que le taux de chômage. Les taux bas, par exemple, pourraient être maintenus aussi longtemps que le taux de chômage dépasse 7%. Le niveau d'inflation serait un autre indicateur clé. Un changement réclamé par les investisseurs, qui aspirent à encore plus de visibilité.
Source: Les echos.fr
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo