102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   19 Apr 2014-15h34
Le gouvernement, parviendra t-il à gagner le pari visant à réduire l’extrême pauvreté en Haïti?
Le gouvernement, lors d’un colloque organisé sur la lutte contre la pauvreté, a pris le ferme engagement de réduire la pauvreté de 51% à 40% d’ici à 2016 à travers une série de résolutions labélisées Martelly-Lamothe. Un pari qui s’annonce difficile, mais pas impossible, dans la mesure où les principaux indicateurs socio-économiques sont au plus bas de leur niveau.
l’hôtel Montana, le gouvernement Martelly-Lamothe a pris la ferme résolution de lutter contre l’extrême pauvreté sévissant dans le pays depuis des siècles. Ainsi l’administration de Martelly entend réduire la pauvreté de 51 à 40% d’ici à 2016, conformément aux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) pour la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim. Toujours présent dans le discours de tous les chefs d’Etat qui se sont succédés au Palais national, cependant aucun d’entre eux n’est pas parvenu à apporter des solutions adéquates au problème de l’extrême pauvreté voire l’éradiquer.

Toutefois, cette nouvelle version labélisée Martelly et Lamothe, comprend dix articles. Ces derniers se penchent sur une réelle volonté de vivre dans la dignité, une meilleure intégration des couches sociales les plus défavorisées à des activités socio-économiques, la promotion du droit au travail et à la sécurité, la mise en œuvre des moyens pour déconcentrer les services sociaux de base et la promotion de l’entreprenariat

D’entrée de jeu et comme toujours, le président Martelly a fait part de ses frustrations par rapport à l’ampleur de ce fléau qui selon lui est l’une des sources de la violence et du fanatisme. « Là où il y a la faim, la misère, l’analphabétisme, il n’y a pas d’espoir. Il n’y a que désolation et souffrance. La faim nourrit la violence et le fanatisme. Et c’est contre ces fléaux qu’il est indispensable de s’attaquer aujourd’hui en vue de conduire notre société sur le véritable chemin de la paix et du développement », a soutenu le président Michel Martelly tout en déplorant que huit haïtiens sur dix ne travaillent pas.

Le gouvernement de Martelly-Lamothe parviendra t-il à se hisser à la hauteur de ce grand défi qu’il s’est fixé lors du déroulement de ce colloque? Selon les données issues de la dernière enquête sur les conditions de vies des ménages haïtiens en 2001 environ 4.4 millions de ceux-là, représentant plus de 56% de la population haïtienne, vivent avec moins d’un dollars américains par jour. De plus, selon les résultats de cette même enquête, plus de trois quart de la population se retrouvent en dessous de la ligne de pauvreté. Une lutte qui s’annonce un peu difficile, mais pas impossible, d’autant plus que « les conditions nécessaires pour éradiquer la pauvreté ne sont pas encore réunies, l’accès aux services de base est limité, la croissance économique enregistrée n’est pas suffisante, l’inégalité d’accès aux services publics règne et l’accès à l’emploi est restreint » a fait savoir Niger Fisher, l’un des intervenants à ce colloque.

De plus, au cours de ces derniers mois la situation socio-économique du pays s’est détériorée notamment avec les crises alimentaires persistantes prévalant à l’échelle internationale, la sécheresse et les récents cyclones Isaac et Sandy qui ont dévasté le secteur agricole. En effet, le passage de ces deux cyclones a engendré des dégâts avoisinant plus de 100 millions de dollars américains. Face à ce contexte, la situation reste encore très fragile. Maintenant, il reste à savoir quelle serait la stratégie qui sera mise en œuvre par l’équipe en place afin de faire face aux problèmes sociaux affectant plus particulièrement l’emploi, la sécurité, le développement des initiatives privées et du secteur agricole.
Pierre Ricardo Placide
ppricardo1983@yahoo.fr
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
Des idees pour L'action | 16/11/2012
Reduire la pauvrete est une chose gouvernementale d'abord. Sans reforme de gouvernement, nous n'aurons pas de reduction contre la pauvrete dans le pays.................Archange Deshommes, RECONSTRUCTION: A series of five year plans for development in Haiti..........Adeshommes@hotmail.com...........Facebook..........Google
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo