102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   01 Oct 2014-16h17
Haïti/Université-Assassinat
Affaire Damael D'Haïti: des étudiants de la FASCH révulsés
Une situation de tension a encore régné dans la Capitale haïtienne en ce mercredi 14 novembre 2012. C’est la 3e fois en moins d’une semaine où forces de l’ordre et étudiants se sont affrontés. Solidaires de la famille de leur camarade froidement abattu, des étudiants de la Faculté des Sciences Humaines(FASCH) de l’Université d’Etat d’Haïti(UEH) étaient sur pied de guerre à l’avenue Christophe. Ils indiquaient vouloir continuer à protester contre le crime odieux perpétré sur l’étudiant Damael D’Haïti dans l’enceinte même de la Faculté de Droit et des Sciences Economiques(FDSE) le week-end écoulé.
Une situation de tension a encore régné dans la Capitale haïtienne en ce mercredi 14 novembre 2012. C’est la 3e fois en moins d’une semaine où forces de l’ordre et étudiants se sont affrontés. Solidaires de la famille de leur camarade froidement abattu, des étudiants de la Faculté des Sciences Humaines(FASCH) de l’Université d’Etat d’Haïti(UEH) étaient sur pied de guerre à l’avenue Christophe. Ils indiquaient vouloir continuer à protester contre le crime odieux perpétré sur l’étudiant Damael D’Haïti dans l’enceinte même de la Faculté de Droit et des Sciences Economiques(FDSE) le week-end écoulé.

9h25(heures locales), des barricades de pneus enflammés sont déjà érigées dans les parages de la FASCH. La circulation d’automobile était quasiment impossible à l'avenue Christophe. Des passants s’en inquiètent déjà. “Ces étudiants sont dans les rues, il faut s’empresser de regagner son domicile”, marmonne prudemment un piéton. Les étudiants, survoltés, affirment vouloir aller jusqu’au bout dans ce dossier. “La bataille pour obtenir justice et réparation pour Damael est à peine amorcée”, ont-ils époumoné.

L’assassinat de Damael D’Haïti semble être la dernière goutte d’eau qui a renversé le vase. “ Youkens Leroy, Onald Auguste, voilà maintenant c’est Damael, c’en est trop”, criaient des étudiants attroupés aux abords de l’INAGHEI, comme pour mettre en relief la liste des victimes de l’insécurité galopante à laquelle ils sont tous exposés.

À quelques mètres de l’entrée de la FASCH, précisément au flanc de la pente menant à cette dernière, les protestataires montent la garde. Des policiers seraient en patrouille dans les parages. Les étudiants se sentaient agacés. « Ces ripoux ne vont pas pouvoir faufiler dans l’impasse », gueule l’un d’entre eux. “Ils kidnappent et maintenant ils tuent les étudiants, on n’en peut plus”, a-t-il poursuivi, air furieux.

Malgré la riposte des étudiants par jets de pierre et propos hostiles, les agents de l’ordre ne sont pas intimidés. Ils seraient en mission, dira-t-on. Ils avançaient. Les étudiants, impuissants, reculaient. Rapports de force obligent. Certains empruntaient d’autres contrées. D’autres regagnaient l’espace facultaire (FASCH). Le tohubohu est à son comble.

C’est à coups de gaz lacrymogènes que les policiers allaient enfin dévaler la pente menant à la faculté jusqu’à être stoppés devant la barrière, a-t-on appris d’une source digne de foi. Etudiants, membres du personnel de la FASCH et riverains de la zone en ont eu pour leur compte. Certains étaient même tombés en syncope. Ils ont été transportés en catastrophe à l’hôpital via une ambulance dépêchée sur place, selon des sources concordantes.

Contacté par téléphone, Hancy Pierre, coordonnateur de ladite faculté, a été injoignable. Etait-il pris peut-être à la gestion de cette lamentable situation qui a prévalu dans l’enceinte de la FASCH ou évanoui lui-même sous l’action nocive du flot de gaz lacrymogènes déversé par les policiers?

Alors que d’aucuns croient qu’il serait plus réfléchi de mettre un terme à ces manifestations et laisser les procédures suivre leurs cours puisque le meurtrier est incarcéré, les étudiants n’entendent aucunement lâcher prise. En témoigne, vers 12h15, leur virage devant les emmener à la FDSE, le QG (quartier général) de la bataille estudiantine enclenchée depuis la disparition brutale de Damael D’Haïti. Ce dernier, faut-il le souligner, a été sèchement tué samedi au soir dernier par le policier Macéus Pierre-Paul lors des festivités devant marquer la rentrée d’une nouvelle promotion à la FDSE.
Juno Jean Baptiste
jeanbaptistejuno@yahoo.fr
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
esther | 15/11/2012
DANS LES RAPPORTS DE L'EXÉCUTIF AVEC LE RESTE DE LA POPULATION RI EN NE L'INCITE A LA CONFIANCE:valentin est RELAXÉ NI PLUS NI MOINS SANS JUGEMENT,AUCUN ACTE POSÉ PAR LES PROCHES DU POUVOIR CONTRE UN CIVIL N'A ÉTÉ SANCTIONÉ;AUCUN DEPUIS 20 MOIS;ce a quoi nous assistons est un mépris sans NOM POUR la population et ses DROITS A LA PAIX ET AU RESPECT DE SES VALEURS
 
esther | 15/11/2012
de plus COMME LES OFFICIELS FONT DES DÉCLARATIONS QUI LAISSENT CLAIREMENT VOIR LA VOLONTÉ DE FAIRE DU MAL AUX ÉTUDIANTS LES ORGA NISATIONS DE DROIT DE L'HOMME PRENNENT NOTE ET LES DIRES JUMELÉES AUX ACTIONS DE LA POLICE SERONT UTILISÉES POUR MONTRER LA VOLONTÉ DE L'EXECUTIF DE FAIRE MAL A LA POPULATION CE QUI N'EST PAS LE RÔLE DE L'EXECUTIF;prison fèt POU TOUT MOUN
 
Sabon | 15/11/2012
Ce qui se profile à l'horizon fait peur. J'aurais souhaité vivement qu'une bonne gestion de ce dossier soit faite. Chimen bouton, chimen maleng. Si la police continue à intervenir de cette manière, la situation deviendra extrêmement difficile, si non impossible, à gérer. Les policiers doivent savoir qu'ils ne sont pas en odeur de sainteté aux yeux de la population.
 
Lycee Toussaint | 15/11/2012
They are not students.They are mercenaries, punks.Students do not behave that way:destroying properties, disturbing the peace.The chief of Police is guilty for not putting the so called students in jail. The University is also guilty for allowing them back to school without PENALTIES.Other students need a spot in the University.We need real students not ONG KRAZE PEYI
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo