102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   22 Jul 2014-15h11
Éditorial
Secousses !
Le pays a faim. Du creux aux ventres. Les rues s'enflamment. Lavalas et alliés à l'heure de l'action militante ouverte anti-Martelly du Nord à l'Ouest. La grande manifestation de plusieurs milliers de capois, jeudi 27 septembre, contre le pouvoir Tèt Kale nous dit que le président Martelly a toutes les raisons de s’inquiéter.
Le pays a faim. Du creux aux ventres. Les rues s'enflamment. Lavalas et alliés à l'heure de l'action militante ouverte anti-Martelly du Nord à l'Ouest. La grande manifestation de plusieurs milliers de capois, jeudi 27 septembre, contre le pouvoir Tèt Kale nous dit que le président Martelly a toutes les raisons de s’inquiéter. Il y a provocation et raidissement des positions de part et d’autre. Les secousses politiques et répliques sociales de ces derniers jours ont fissuré jusqu’aux fondations de la maison Martelly. Rien ne sera plus comme avant. Au point de se demander si cet édifice résistera à des mouvements déstabilisants répétitifs et durables de très forte magnitude. La maison est à revoir, restructurer et consolider dans l’immédiat. Bien entendu, si ses ayants droit tiennent à la sauvegarder.

M. Martelly s’est mis sur le dos, dans l’imprudence immature et l’insolence désinvolte, tous les secteurs vitaux de la vie nationale. D’importants hommes d’affaires et autres modestes entrepreneurs, réputés bons citoyens, par le chantage fiscal. Les catégories socio-professionnelles évoluées, par un populisme brouillon et hautain qui dévalue la connaissance et fait de la condition modeste des hommes et des femmes éduqués des classes moyennes un motif d’humiliation publique. La classe politique, par le rappel incessant de ses faiblesses et de ses tares et par la politique d’exclusion et sectariste poursuivie par le pouvoir au détriment de tout ce qui n’est pas un converti rose. La presse et les démocrates, par l’insulte permanente et par la peur qu’engendrent ces procédés autoritaires anachroniques qui tendent à faire des institutions autonomes et indépendantes de l’État des appendices dévoyés du Palais national. Un vrai record pour un pouvoir sans assise sociale, politique et institutionnelle. Washington et la Minustah ne sauraient être les seuls garants d’un régime responsable et soucieux de résultats dans la stabilité interne. D’ailleurs nul n’entrevoit un avenir où des casques bleus de l’Onu se mettraient à tirer à hauteur d’hommes sur des émeutiers de la faim pour défendre un pouvoir qui s’est délégitimé dans l’amateurisme managérial et son inefficacité patente à répondre adéquatement et sans bluff aux demandes populaires.

Les révocations et transferts abusifs opérés par le pouvoir dans l'appareil judiciaire, ces mutations dans les commandements policiers départementaux et ces remplacements dans les délégations aux fins de mater cette rébellion des rues et d'endiguer la contestation sociale signale l'embarras de l’équipe Tèt Kale à bien cerner les cordonnées profondes de la crise. L’impréparation des uns et des autres à assumer de hautes fonctions d'État semble sur le point de coûter très cher à la République au même titre que leur incapacité à donner des résultats dans des délais raisonnables alimente l’insécurité des rues et celle des ventres et des esprits.

Quand le pays réclame du pain, revendique un changement de politique et de direction, le gouvernement répond par des changements inopinés d'hommes et la distribution de petites enveloppes aux " têtes de pont " des zones réputées chaudes. L'action collective et la logique de la mobilisation politique semblent relever du mercenariat monnayable pour les officiels aux bracelets roses. L’échec au Cap-Haïtien de la " tactique des enveloppes " n'est autre qu'un camouflet à tous ceux qui croient, en tout et partout, aux vertus anesthésiantes et aphrodisiaques de l'argent.

Dimanche 30 septembre, les militants Lavalas et des milliers d’autres mécontents ont investi le macadam pour rappeler aux putschistes leur coup d'État d'il y a 21 ans. Une façon aussi pour ce secteur de rappeler au président Martelly que n’ont pas été oubliées les accointances de Sweet Micky, l’artiste populaire, avec Sweet Micky, le militaire putschiste. Les Titidiens indécrottables s'en souviennent même quand le pays a tourné la page et penche vers la nouvelle Haïti à édifier sur les décombres de ce pays qu’ont démantelé, pillé et abandonné dans l’indigence crasse les récentes élites gouvernantes. D'ailleurs, toutes proportions gardées, le bilan des années Titid est aussi sombre que celui des années putschistes. L’un semble être l’ombre portée, médiocre et caricaturale de l’autre. Evidemment, comme la calamiteuse performance de Préval a enfanté Martelly, l’insoutenable crétinisme de l’actuel pouvoir semble sur le point de nous réinventer Lavalas. Pour le meilleur. Ou pour le pire.

La grogne gagne quasiment toutes les régions du pays. Les gens tirent prétexte de tout pour occuper les rues et cracher dans la colère leur ras-le-bol : cherté de la vie, sentiment d’abandon dans l’arrière-pays, corruption supposée de la famille présidentielle, gaspillage dans le gouvernement, détournements et réallocations illégales de fonds publics, non respect des promesses électorales, soupçons de velléités présidentielles autoritaristes par la vassalisation d’institutions indépendantes comme le CEP et le CSPJ, transferts illégaux de juges, etc. La liste est longue de ces griefs retenus par la rue mécontente contre M. Martelly et son « équipe ».

Le Palais national n’a pas assez de cordes à son arc qui l’habiliteraient à calmer et renverser cette vapeur sociale montante et brûlante. Car, face à une population de plus en plus impatiente, affamée et furieuse en raison de promesses électorales roses non tenues, le pouvoir n’a pas de solutions miracles qui soulageraient la lancinante misère des tripes dans l’immédiat. La réponse au drame haïtien réside dans des politiques publiques patiemment élaborées et intelligemment exécutées. Les vraies solutions ne peuvent se déployer que sur le long terme. C’est là que le président Martelly est justement piégé. La population lui a enlevé, brutalement et brusquement, en seulement 16 mois de règne, à la fois le bénéfice du doute et du long terme. Elle ne lui a laissé, dramatiquement, que l’inconfortable obligation de gérer l’urgence dans l’efficacité et de tout résoudre vite et maintenant. Son mandat à la fois en jeu et en question.

Dans la droite ligne de nos traditions politiques, la tentation pourrait être forte chez le Président de se montrer suffisant, têtu et plus homme fort aux griffes déployées que Chef d’État visionnaire et humaniste à l’écoute de son peuple aux desiderata humains longtemps négligés. Autrement dit, le pouvoir comme son propre fossoyeur et hibou de malheurs. Ce serait doublement regrettable. Regrettable pour son mandat présidentiel mortellement atteint de nos maladies infantiles et enterré prématurément. Le processus d’institutionnalisation démocratique pâtira grandement de toute rupture brutale et chaotique du quinquennat présidentiel. Un tel spectre est à conjurer. Si, dans le judiciaire, l’ahurissant scandale Sanon-Sénatus cristallise l’implosion de ce bric-à-brac qu’on nomme abusivement « l’équipe Martelly », les risques sont bien réels d’une déstabilisation provoquée du pouvoir par la rue et orchestrée par ses adversaires politiques impatients et frustrés. Enfin, ce serait surtout regrettable pour un pays aux misères perpétuelles. Une Haïti qui subit secousses après secousses. Et dans l’infini recommencement.
Par Daly Valet
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
veritas | 01/10/2012
Martelly aurait mieux fait de prendre l'exemple de Preval, pour finir son mandat. Ce dernier, execrable oui, mais il a tjrs trouve un moyen pour finir son mandat. Execrable devenu exemple de succes. Si l'on pensait vraiment au peuple, on ferait mieux de cesser ces desordres. Le pays et le peuple sont les premiers et les derniers victimes dans tout cela.
 
Cramoisi | 01/10/2012
Tres belle analyse de l ' idiotie au pouvoir. Malheureusement ils ne sauront redresser la barque puisque l ' intelligence est en berne dans cette equipe.. Remettre la cle est l ' alternative la plus tangible pour cette clique. Sans quoi, ce sera la guillotine. Ou byen ou tet kale ou byen ou san tet.
 
sam | 01/10/2012
nous avons besion une reforme mental.nous sommes tous coupable de la chute du pays.eske ayiti gen pwoblem moun, je ne crois pas.nous avons besion des visionnaires.Des haitiens qui ont une idee de haiti dans toute sa forme.haiti a un petit probleme majeur e un grand probleme mineur.
 
Patt22 | 01/10/2012
Nous ,haitiens, sommes les premiers à sacrifier Haiti.Nous utilisons nos plumes pour désohorer Haiti,nous utilisons nos pouvoirs pour tuer Haiti,nous utilisons la chaire d'église pour crucifier Haiti! Pourquoi veut-on en finir avec Haiti? Pour régler nos intérets Mesquins! Macoutes passent,L'avalasse passe,Unite passe, Tèt Kale est là,L'avalasse tente de revenir!
 
Patt22 | 01/10/2012
Le peuple continue à végéter dans la misère et le chaos! Nous devrions nous questionner sur ce que nous sommes.Car nous avons un maudit problème avec nous-mèmes. Chacun veut soucer un os d'Haiti...Nous sommes une bande de merde.La communauté internationale rit de nous.Nous sommes foutus collectivement!
 
Patt22 | 01/10/2012
Haiti n'a aucun avenir avec les haitiens du dedans. Tout le monde est corrompu. Tous les commentaires ,et toutes les positions visent le bas ventre...On devient avoir peur de la vie.On ne prend jamais du temps pour faire avancer Haiti. On veut manger sans travailler. On ne veut pas s'oublier au profit de l'autre.Haiti souffre d'un mal incurable.
 
Patt22 | 01/10/2012
Car la maladie d'Haiti est nous,haitiens sans scrupule!
 
| 01/10/2012
Les haïtiens n'ont pas peur d’être indécents, la société patauge dans la boue, le pays tout entier projette une image de laideur dans tous les compartiments de la vie nationale, riche, classe moyenne, pauvre, dessoeuvré. Presque tout à chacun marche avec le coût d'achat de son âme sur son front.
 
Leonidas | 01/10/2012
Prat 22 a ecrit : "..Haiti n'a aucun avenir avec les haitiens du dedans. Tout le monde est corrompu. Tous les commentaires ,et toutes les positions visent le bas ventre...". FAUX. Haiti a beaucoup d'avenir avec les Haitiens du dedans a travers une CONFERENCE NATIONALE . Ceux de la plebe de la diaspora nous ont apporte la solution du bas ventre auquel tu fais reference.
 
Patt22 | 01/10/2012
Mettons enfin Haiti au devant de la scène. Moralisons-nous. Car haiti traverse une crise morale.Cessons de voir nos poches et nos ventres. Luttons pour rebatir Haiti. Transformons cet amas de detritus (Haiti) en un pays. Des années 70 à aujourd'hui, nous mettons Haiti à l'article de la mort. Cessons cette hécatombe!!!!
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo