102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   18 Dec 2014-12h18
Un modèle de gestion des déchets
Gérer les déchets ne relève pas de la magie mais de la volonté des gouvernants. Ce problème qui devient de plus en plus un casse tête en Haïti, n’est pas sorcier. En témoigne le modèle ci-dessous.
Gérer les déchets ne relève pas de la magie mais de la volonté des gouvernants. Ce problème qui devient de plus en plus un casse tête en Haïti, n’est pas sorcier. En témoigne le modèle ci-dessous. La France est un modèle en matière de gestion des déchets dans le monde. Comme dans tous les pays industrialisés, la quantité de déchets, ordures ménagères ou déchets industriels en France, augmente considérablement. Chaque année, on y produit plus de 28 millions de tonnes d’ordures ménagères. La production globale a plus que doublé en trente ans pour atteindre aujourd’hui plus de 460 kilos en moyenne pour chaque individu annuellement.

Pour une gestion rationnelle de tant de déchets, trois cents incinérateurs sont dispersés à travers tout le territoire français dans lesquels 30 000 tonnes d’ordures ménagères sont brûlées en moyenne journellement. Dans les plus grosses usines d’incinération, le potentiel énergétique est récupéré sous forme de chaleur et d’électricité, dans le cadre de la cogénération. Le but est de produire moins de déchets à la source et de valoriser ou de recycler ceux qui subsistent.

L’incinération des déchets vise à prévenir ou réduire la pollution de l’air, de l’eau et du sol. Le tri des ordures domestiques par les ménages devient une priorité. Outre le plastique, le recyclage du verre a obtenu, de très grands résultats en France. La quantité de verre récupéré a plus que doublé en l’espace de quinze ans pour atteindre près de 61 % aujourd’hui. Depuis le 1er janvier 1993, les industriels sont obligés de contribuer à financer ou d’assurer l’élimination des emballages qu’ils lancent sur le marché. L’objectif étant d’en recycler 75 %.

Une loi de juillet 1992 a contraint, à partir de 1996, tous les départements à élaborer un plan d’élimination des déchets ménagers, qui concerne aussi les déchets industriels. Ces derniers représentent quelque cent millions de tonnes. Les déchets spéciaux suivent différentes filières d’élimination. Ils sont incinérés ou subissent des traitements physico-chimiques de détoxication ou sont, pour la moitié d’entre eux, enfouis dans les onze décharges contrôlées qui leur sont réservées.

Dans ces zones de décharges depuis 2002, seuls les déchets ultimes peuvent y être stockés. La nouvelle réglementation a prévu la création, sur chaque site de traitement ou de stockage de déchets, d’une commission locale d’information et de surveillance, à laquelle participent riverains et associations. Le 1er avril 1993, une taxe sur la mise en décharge des produits ménagers et assimilés, a été imposée et la loi du 2 février 1995 a instauré une autre taxe sur les traitements ou la mise en décharge des déchets industriels spéciaux.
Jackson Joseph
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
Rudy | 10/07/2012
Ceci serait d/une bonne cooperation de la part de la France vers Haiti,en lieu et place des BLA-BLA-BLA ,a btri bord et a bas bord ,il est temps que l/aide s/applique,mais de façon intelligente et rationnelle ..
 
duel | 10/07/2012
PORQUOI N'A T-ON JAMAIS PARLE D'INCINERATEURS EN HAITI POR GERER LES DECHETS ET C'EST CE QU'ON TOUVE DANS LES PAYS DU MONDE. eN HAITI QU'EST CE QU'ON FAIT AVEC LES DECHETS RECUPERES? A PART CEUX RETROUVES DANS LES RUES.
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo