102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   24 Oct 2014-21h23
Budget 2012-2013
Le grand pari du gouvernement Martelly-Lamothe
Le budget 2012-2013 s’aligne sur les promesses du chef du gouvernement Laurent Lamothe faites lors de la présentation de son énoncé de politique générale. En effet, ce budget participe du plan de l’équipe Martelly-Lamothe à faire d’Haïti un pays émergent d’ici 2030. Cette loi de finances devrait favoriser une croissance accélérée du pays, tout en maintenant la stabilité macro-économique, élément essentiel, dit-on, pour pérenniser les efforts de développement.
Le budget 2012-2013 s’aligne sur les promesses du chef du gouvernement Laurent Lamothe faites lors de la présentation de son énoncé de politique générale. En effet, ce budget participe du plan de l’équipe Martelly-Lamothe à faire d’Haïti un pays émergent d’ici 2030. Cette loi de finances devrait favoriser une croissance accélérée du pays, tout en maintenant la stabilité macro-économique, élément essentiel, dit-on, pour pérenniser les efforts de développement.

Les objectifs à moyen terme s’articulent autour d’un taux de croissance situé entre 6 et 8% avant de se stabiliser, pour arriver à plus long terme à 10 %. Pour ce faire, les crédits budgétaires pour cet exercice totalisent un montant de 131,5 milliards de gourdes, soit une augmentation de 8,7% par rapport à l’exercice précédent.

Un accent particulier a été mis également sur les dépenses publiques d’investissement. Elles totalisent environ 67,83% des dépenses publiques et devront permettre de stimuler la croissance et matérialiser les promesses de campagne du chef de l’État faites autour de ce qu’il appelle : les cinq « E » (Économie, Éducation, État de droit, Emploi et Environnement). 18,33 % des fonds proviendront des investissements internes, 26,15% des Fonds du Petro Caribe et les 55,525 % restant des dons externes aux programmes et aux projets.

Pour arriver à dégager les fonds prévus pour la réalisation de ses multiples projets, l’équipe Tèt Kale entend rationnaliser les dépenses de fonctionnement afin d’éliminer le gaspillage. La forte mobilisation des recettes participent des mesures qui devraient permettre de réduire la dépendance vis-à-vis de l’extérieur. Les recettes fiscales devront atteindre, au cours de cet exercice, un plafond de 51,4 milliards de gourdes.

Ce budget de fonctionnement est réparti, pour environ la moitié, entre cinq ministères : le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (6,5 milliards), le ministère de la Justice et de la Sécurité publique (6,5 milliards), le ministère de l’Économie et des finances (3,2 milliards), le ministère de la Santé publique et de la Population (2,4 milliards), le ministère de l’Intérieur et des collectivités territoriales (1,1 milliard). Le pouvoir législatif dispose de 2,19 milliards de gourdes, soit 4% du budget de fonctionnement et le judiciaire, toujours traité en parent pauvre, ne dispose que de 778,6 millions de gourdes, soit environ 1,49%.

Les grandes priorités…

La gestion des risques et des désastres qui figure parmi les grandes priorités de l’équipe Martelly-Lamothe sera essentiellement financée par les bailleurs étrangers. L’aide ou autres coopérations internationales dans ce secteur est estimé à 227,5 millions de gourdes, sur une enveloppe globale de 337,5 millions. Les autres 100 millions de gourdes proviendront du trésor public.

La protection et la réhabilitation de l’environnement figurent aussi parmi les priorités. Ainsi, le dossier brûlant de la relocalisation de certaines familles du Morne l’Hopital a été introduit dans le budget. Une enveloppe de 170 millions de gourde y est prévue pour dédommager les propriétaires des maisons qui seront détruites. Cette initiative participe rappelons-le de la protection des bassins versants. Cinquante millions de gourdes sont également allouées aux projets de reforestation qui constituent à date un des grands défis auquel fait face l’État haïtien.

En ce qui a trait à l’État de droit, le gouvernement entend passer de la parole aux actes. Pour cela, le pouvoir judiciaire sera rendu effectif, et la Police nationale sera renforcée. A cet effet, une enveloppe de 614,5 millions de gourdes est prévue pour l’exécution de certains grands projets au ministère de la Justice. La PNH bénéficiera de 286 millions de gourdes de ce cachet.

De nombreux projets d’infrastructures sont prévus pour relever l’économie. Ces projets prendront en compte : la construction et la réhabilitation des infrastructures de transport, télécommunication, les canaux de drainage, les systèmes de traitement des eaux etc. Un montant de 25,45 milliards de gourdes est fixé pour ces travaux. L’industrie et le tourisme seront également favorisés comme vecteurs de croissance. 281,2 et 182 millions de gourdes ont été alloués respectivement au ministère du Commerce et de l’Industrie et au ministère du Tourisme.

Pour refonder l’éducation publique, la priorité a été accordée au MENFP dans les crédits budgétaires accordés au secteur social. Il se voit ainsi attribuer plus de 18,8 milliards de gourdes, soit 57,7% des crédits du secteur. Cet argent servira essentiellement à la construction et à la réhabilitation d’infrastructures scolaires, ainsi qu’à la modernisation du système éducatif.

Les crédits budgétaires pour l’exercice 2012-2013 évalués à 131,5 milliards de gourdes sont donc répartis en dépenses courantes, pour un montant de 39,33 milliards de gourdes et en dépenses d’investissement évaluées à 89,2 milliards, les amortissements de la dette à 2,74 milliards, alors que les dépenses exceptionnelles sont évaluées pour leur part à 0,25 milliards de gourdes.

Comme l’on pouvait s’y attendre et selon les promesses de M. Lamothe, les élections figurent au menu du budget 2012-2013. Une enveloppe d’environ 200 millions de gourdes est réservée à cet effet. Quel conseil organisera ces élections ? La question est toujours pendante. Le budget semble apporter un début de réponse. Il y est mentionné un Conseil électoral provisoire. Le conseil permanent devra donc encore attendre, ou du moins jusqu’à la réalisation des sénatoriales et municipales à la fin de l’année 2012. En tout cas, quelle que soit sa nature, le Conseil devra nous renseigner sur le coup global de ces scrutins qui sont incontournables pour le maintien de la stabilité politique dans le pays.

Soulignons, qu’une fois de plus, le budget consacre la prédominance du département de l’Ouest qui a eu la part du lion. Il bénéficie du plus grand cachet, avec un peu plus de 18 milliards gourdes, suivent l’Artibonite et le nord avec près de 6 milliards de gourdes et le centre avec environ 5 milliards de gourdes.
Lionel Edouard
doulion29@yahoo.fr
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
Des idees pour L'action | 09/07/2012
Il nous faut un autre system pour donner un avantage au pays et au gouvernement Lamothe/Martelly........Archange Deshommes, RECONSTRUCTION: A series of five year plans for development in Haiti.......Adeshommes@hotmail.com......Facebook......Google
 
Edouin | 12/07/2012
C'est de la méchanceté,vous devriez savoir que tout ce baratin n'est pas vrai, actuellement tous les employés de l'État sont en train de dire que tout ce gouvernement est du bluff.Martelly occupe l'espace médiatique pour donner l'impression qu'ils sont en trains de faire quelque chose.En écrivant ces torchons de mensonges, le Matin devient complice de cette arnaque.
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo