102è Année - Un siècle d’information - www.lematinhaiti.com - Dernière mise à jour : 13/02/2014 14:53:09   25 Oct 2014-22h55
Importance des PME dans un pays en voie de développement
Dans les années soixante, l’importance des petites entreprises dans le monde n’était pas à prouver. Dans les pays industrialisés, elles étaient les principales pourvoyeuses d’emplois et se trouvaient le plus souvent à la base du dynamisme des nouve
Dans les années soixante, l’importance des petites entreprises dans le monde n’était pas à prouver. Dans les pays industrialisés, elles étaient les principales pourvoyeuses d’emplois et se trouvaient le plus souvent à la base du dynamisme des nouvelles régions et du renouveau des villes auparavant en perte de vitesse.

Les petites entreprises sont au cœur de la transformation des économies des pays avancés, dans le cadre de la troisième révolution industrielle ou de la mutation de ces économies. Pour montrer l’importance des PME, Marie Adeleine Dimanche, gestionnaire, nous dit qu’on a observé dans les pays en voie de développement, notamment en Amérique latine, que 99 % des entreprises sont des PME et 90 % des nouveaux emplois sont fournis par les PME, qui apportent une contribution significative au PIB national. Plus de PME, plus d’emplois disponibles.

Le professeur François Joseph Délinois va plus loin dans son livre Création et Gestion des PME Il , écrit que dans les pays en voie de développement les petites et moyennes entreprises sont essentiellement portées vers le développement économique et social ; elles emploient un pourcentage important de la main-d’œuvre, consomment une grande quantité de matières premières, paient des impôts, contribuent à la création de richesse nationale et accusent souvent un taux de croissance annuel de la valeur ajoutée supérieure aux grandes entreprises industrielles.

Les PME sont des entreprises qui, quelle que soit leur forme juridique, engagent les capitaux personnels du chef d’entreprise ou de sa famille. C’est une organisation à structure légère, juridiquement ou financièrement indépendante, opérant dans les secteurs primaires, manufacturiers ou des services et dont les fonctions de responsabilité peuvent incomber à un nombre réduit de personnes. Le nombre d’employés et le chiffre d’affaires qui précisent le critère de la dimension varient d’un pays à l’autre ou d’une région à l’autre pour la petite entreprise. Ce qui fait qu’une PE dans l’Union européenne peut s’avérer en être une grande en Amérique centrale.

Les handicaps du secteur
Il n’y a pas de cadre légal pour définir les PME en Haïti. La plupart des théoriciens se servent des théories disponibles dans d’autres pays pour les définir. Dans ce cas, « il n’existe pas de grandes entreprises en Haïti, car classiquement, les PME comptent moins de 250 employés », a fait savoir le professeur d’université, Dady Augustin, détenteur d’un DES en économie appliquée. Est-ce qu’il y a une entreprise en Haïti qui en compte beaucoup plus ?

Le gros du problème vient du secteur informel, principal pourvoyeur d’emplois productifs en Haïti et qui génère plus de 95 % des emplois disponibles. C’est un secteur de première importance dans l’économie haïtienne. La plupart des activités des PME sont commerciales. Même si les importations sont six fois supérieures aux exportations.

Faiblesse de l’épargne nationale
Le démantèlement lent et progressif de la classe moyenne a débuté au cours des années soixante, quand les familles se voyaient obligées d’envoyer leurs enfants à l’étranger pour les mettre à l’abri de la répression des tontons macoutes. Il fallait trouver du capital pour investir dans l’éducation et le logement de son enfant. Le coup de grâce allait être donné au cours des années 2000 avec l’effondrement des coopératives (système encouragé par le président de l’époque, mais qui n’avait aucun cadre juridico-légal).

L’instabilité politique
Toute économie, pour s’épanouir, a besoin d’un climat serein. Les troubles politiques, les grèves fréquentes, les manifestations violentes se sont révélés des entraves à la reprise économique. « C’est ce qui explique que la croissance économique qui était à 4,5 % en 1995 a chuté à 1,4 % en 2004 », peut-on lire dans le document instituant le Cadre de coopération intérimaire. De nombreux actes de vandalisme et de pillage ont fortement touché de nombreuses sociétés privées à Port-au-Prince au cours des événements de 2004. Pas de garantie à l’investissement. Les petites entreprises, et même les grandes, ont dû fermer pour aller reprendre leurs activités en République dominicaine, à la Jamaïque ou ailleurs.

Faiblesse des infrastructures
En 2004, l’État haïtien avait pensé à relever le secteur des PME à travers le Cadre de coopération intérimaire (CCI). Le document avait pensé à la création d’un fonds de recapitalisation pour soutenir les entreprises en difficulté. Une enveloppe de 23,6 millions de dollars américains était prévue à cet effet.

Rien n’a été fait. Il n’y a toujours pas d’infrastructures routières. Qui veut investir en dehors de Port-au-Prince, doit faire face à toute sorte de difficultés : problème d’énergie, de concentration de toutes les autres « structures » dans les environs de la capitale, etc.

Absence d’investissements étrangers
Le problème de la sécurité s’ajoute à celui des infrastructures (pas d’eau, pas d’électricité, pas d’infrastructure routière) pour décourager les investisseurs étrangers. Il ne faut surtout pas oublier le long et coûteux processus pour arriver à mettre sur pied une entreprise, malgré l’existence du CFI (Centre de facilitation des investissements) et le fameux « Haïti is open for business now » du président de la République.

Accès limité au crédit institutionnel

Dans un rapport publié par la Banque mondiale, Haïti est classée 29e parmi les 33 pays de l’Amérique latine et des Caraïbes où l’accès au crédit est le plus difficile. Les petits commerces n’ont pas toujours accès à ce crédit institutionnalisé en raison des exigences de garantie qu’elles ne sont pas toujours capables de fournir. Il est vrai qu’un effort a été consenti en ce sens à travers les filières de micro-finance des grandes banques locales. Mais l’emprunteur doit trouver un avaliseur, ce qui n’est pas toujours facile. Sans compter que les taux d’intérêt sont très élevés. « Nous travaillons pour la banque », nous a confié une commerçante au marché de Tabarre.

Les PME, malgré toutes ces barrières, constituent la base économique de tout pays voulant faire un pas en avant.
James Dufresne
gerdjineclaire@yahoo.fr
Commentaires des lecteurs
Entrez votre mot de passe pour pouvoir commenter. Login | Enregistez-vous !
Add comments
 
 
 
Des idees pour L'action | 09/12/2011
James a fait un travai extraordinaire dans cette presentation. Un pays qui n'a pas des institutions vibrantes ne peut pas aller vers l'avant......Archange Deshommes, RECONSTRUCTION: A series of five year plans for development in Haiti.......Adeshommes@hotmail.com
 
le neveu | 13/12/2011
L’État devrait être proactif. Si je compare l’EDH et Hydro-Québec. Deux entreprises d’État qui œuvrent dans la production et la distribution de l’électricité. L’Hydro ne fournit pas seulement l’énergie au Québec, mais en produit assez pour en vendre aux USA et en Ontario. L’Hydro, c’est la vache à lait du Québec.
 
le neveu | 13/12/2011
L’EDH ne peut pas satisfaire les besoins élémentaires de la population. Faut la recapitaliser. Possible en offrant des actions au public. Tiens, les Diasporés. Le hic : allez-vous mettre votre argent dans cette affaire lorsque vous savez que les gros Aloufas, les historiques ayants droit, ne paient pas leur dû.
 
le neveu | 13/12/2011
Lorsque c’est l’entreprise d’un État dont le Président ne veut pas rendre publics ses comptes de voyage? Lorsque l’on sait que les contrats de la compagnie seront distribués aux mêmes et aux différents semblables… Lorsque… == Un entreprise comme EDH devrait être aussi un laboratoire d’apprentissage pour apprendre aux jeunes Haïtiens comment devenir des entrepreneurs.
 
Pierre | 27/12/2013
On en redemande !!! par ici je vous met dans mes preferences, et vous dit a bientot. Gagner Plus http://past.is/0DR6
 
Pierre | 06/01/2014
C est un veritable plaisir de lire cette article, je vous en remercie vraiment !!! Se Faire de l'Argent http://minu.me/-gjgeq
 
Pierre | 19/01/2014
Dire que je ne connaissait pas votre site, vous voila dans mes favoris ! Gagner plus d'Argent http://www.methodeargent.net/
 
Pierre | 26/04/2014
un peu pres le genre d'idee que je me fesait du sujet, merci encore pour ce succulent billet. Apprendre a Trader http://onip.it/1j4g4
 
 
 
 
 
Recherche

Lematin  Google 
Video
 
Dernière Edition
 
Le matin hebdo